Poêle à pellets : comment bien le choisir & l'installer ? | BienChezMoi

Poêle à pellets : comment bien le choisir & l'installer ?

Accueil > Conseils pratiques > Aménagement intérieur > Chauffage Bois - Granulés > Poêle à pellets : comment bien le choisir & l'installer ?
Poêle à pellets : comment bien le choisir & l'installer ?

Par La rédaction, le 23/10/18

Économique, efficace, écologique ou encore confortable. Autant de qualités qui expliquent le succès du poêle à granulés, aussi appelé poêle à pellets. Véritable appareil de chauffage au bois, son fonctionnement électronique est idéal pour une utilisation simple, efficace et sur-mesure, mais surtout pour économiser de l'énergie ! Face au succès rencontré par ce mode de chauffage, les offres de professionnels se multiplient, à tel point qu’il n’est pas toujours évident de bien choisir une solution parfaitement adaptée à son logis. A qui faire confiance ? Quel fabricant choisir ? Pour quel prix ? Le poêle sera-t-il efficace pour chauffer toute la maison ? On vous propose de plonger dans l’univers du poêle, histoire d’y voir un peu plus clair et d’être à l’aise aux moments du choix et de l’achat !

© Fotolia.

 

 

1. Poêle à granulés : comment ça marche ?

 

Le fonctionnement d’un poêle à granulés est très simple et repose exactement sur le même principe de combustion qu’un poêle à bois classique.

Sauf qu’ici, évidemment, ce n’est pas une bûche mais le fameux granulé qui se consume dans le poêle. Le granulé de bois, du fait son humidité très faible, est un excellent combustible !

>> En savoir plus : 5 bonnes raisons de préférer les granulés aux bûches

 

Recevoir des devis gratuits pour un poêle à pellet

 

Le granulé ou pellet est généralement stocké dans un réservoir situé dans la partie haute de l’appareil. Un système de vis sans fin achemine ensuite les granulés, un à un, jusqu’à un foyer où ils se consument sous l’effet d’une résistance électrique.

Un circuit d’air traversant le poêle permet ensuite de maintenir la combustion au niveau souhaité, d’évacuer les fumées vers l’extérieur mais aussi de ventiler de l’air chaud dans la pièce concernée, voire dans tout le logement selon les installations !

En règle générale, le poêle est situé dans la pièce principale, et fournira un parfait appoint de chauffage lorsque nécessaire. Les poêles de ce type disposent généralement d’une autonomie entre 12 et 72 heures, selon la taille du réservoir et la puissance de l’appareil.

 

Fonctionnement poêle à pellet

Vu sur Pinterest

 

Le système électronique qui le fait fonctionner est un vrai plus, notamment en comparaison du poêle à bois classique qu’il faut surveiller en permanence.

Les commandes à distance ou les programmes d’allumage automatique du poêle à pellets permettent à son heureux propriétaire de le faire tourner, même en son absence, en toute tranquillité.

Pas encore convaincu ?

Il est intéressant de noter que le rendement énergétique de ces solutions de chauffage est souvent supérieur à 90% ! Une vraie prouesse qui permet de limiter au maximum le gâchis d'énergie. Le tout pour un coût énergétique jusqu’à deux fois moins cher qu’un chauffage électrique classique.

 

 

 

2. Quel poêle à pellets choisir ?

 

Se décider pour un poêle à pellets est un bon début, mais ce n’est qu’une première étape !

Hé oui, il en existe des modèles de toute sortes, aussi bien en termes de design (les poêles suspendus sont particulièrement esthétiques) que de caractéristiques techniques.

>> A lire aussi : Poêle à granulés design : 14 modèles de poêles à bois à pellets

 

Poele pellet design

 Vu sur Pinterest

 

Cinq technologies sont aujourd’hui principalement utilisées pour les poêles à granulés.

 

1. Les poêles à convection naturelle

 

Comme son nom l’indique, ce sont des poêles qui diffusent la chaleur simplement par convection et par rayonnement. Ils ne sont donc pas équipés de système de ventilation. A la clé, un poêle très silencieux, mais qui chauffe logiquement un peu moins vite que ses concurrents munis de souffleries.

Ils sont en général très efficaces dans des maisons compactes ou à étages (la chaleur monte naturellement), mais attention, ils doivent être installés dans un emplacement central !

 

2. Les poêles ventilés

 

Les poêles ventilés disposent quant à eux d’un ventilateur, une garantie pour une diffusion plus performante et surtout homogène de la chaleur dans l’ensemble de la pièce.

Seul inconvénient : le bruit ! Le système de ventilation n’est jamais tout à fait silencieux et peut déranger. Il est donc utile de tester la machine, par exemple en magasin, avant de faire son choix et ainsi éviter une mauvaise surprise.

 

3. Les poêles canalisables

 

Les poêles canalisables reposent aussi sur un système de ventilation. Leur principal avantage est un système additionnel de gaines qui promettent de diffuser la chaleur dans plusieurs autres pièces de la maison et ainsi ne pas limiter le confort de la chaleur à la seule pièce à vivre !

Attention, cette diffusion nécessite aussi des ventilateurs en plus, et et peut donc occasionner une nuisance sonore !

 

Recevoir des devis gratuits pour un poêle à pellet

 

4. Les poêles hydro

 

Les poêles hydro sont destinés à remplacer une chaudière.

Ils se branchent directement sur le circuit de chauffage d’un logement ou sur le sol chauffant par exemple. Mais ils ne disposent malheureusement pas d’une aussi bonne autonomie qu’une chaudière à gaz ou au fioul.

 

5. Les poêles sans électricité

 

Les poêles sans électricité fonctionnement, comme leur nom l’indique, sans courant.

Les granulés descendent dans le foyer par l’action de la seule gravité. Avec ces poêles, tout est manuel ! Depuis l’allumage jusqu’à l’éteignage en passant par le réglage de la puissance qui consiste en une variation du niveau d’arrivée d’air.

 

L’autre critère incontournable sur lequel il faut se décider, c’est la puissance du poêle (exprimée en kW), en d’autres termes la quantité de chaleur qu’il est capable de générer. Et de ce point de vue là, il n’y a pas de réponse miracle applicable partout.

Le choix du poêle doit bien sûr répondre à une étude minutieuse de tous les critères :

  1. le climat de la région où se trouve l’habitation (la Corse ou la Meuse n'impliquent pas les mêmes installations !),
  2. la surface du logement et plus précisément la surface à chauffer,
  3. la qualité de l’isolation et donc l’efficacité énergétique de l’habitation,
  4. l’emplacement du poêle dans l’habitation,
  5. la technologie choisie.

Ces chiffres ne sont que des indications, mais ils permettent d’ores et déjà de se faire une idée de ses besoins en fonction de la taille de la maison, et surtout de son efficacité énergétique !

 

Quelle puissance choisir pour votre poêle ?

 

Tableau indicatif de la puissance (en kW) de poêle recommandée en fonction du type de maison et de la surface concernée.

 

Type de logement Caractéristiques du logement Puissance pour 100 m2

Maison construite depuis 2013

 
  • Isolation efficace (combles, murs, sol),
  • double vitrage efficace,
  • bonne étanchéité à l'air.

600 W pour 10 m²,

soit 6 kW pour 100 m²

 

Maison construite depuis 2006

 

  • Isolation moyenne,
  • double vitrage efficace,
  • étanchéité à l'air moyenne.

800 W pour 10 m²,

soit 8 kW pour 100 m²

 
Maison ancienne rénovée
  • Faible isolation,
  • double vitrage,
  • mauvaise étanchéité à l'air.

1000 W pour 10 m²,

soit 10 kW pour 100 m

 

 

Recevoir des devis gratuits pour un poêle à pellet

 

De manière logique, il est aussi important d’anticiper si des travaux de rénovation énergétique sont prévus dans le logement, auquel cas il pourrait être judicieux de choisir un poêle un peu moins puissant que celui envisagé en premier lieu !

En effet, il est vivement conseillé de bien isoler sa maison avant de remplacer son chauffage, pour dimensionner correctement celui-ci.

Toujours pas rassuré ? Pas de panique, des simulateurs en ligne se multiplient sur internet afin d’aider les futurs acheteurs à se faire une idée la plus précise possible quant à leurs besoins.

 

 

3. Comment installer un poêle à pellet ?

 

L’installation d’un poêle à pellet doit respecter tout un ensemble de contraintes, pour des raisons évidentes de sécurité.

 

Trouvez un pro pour installer votre poêle à pellet

 

Evidemment, il est possible de faire appel à un professionnel, mais vous pouvez aussi installer le poêle vous-même !

Dans tous les cas, il faut en premier lieu s’occuper de l’évacuation des fumées. Plusieurs systèmes sont envisageables pour le propriétaire :

  • une sortie classique au niveau de la toiture. La sortie doit dépasser d’au moins 40 cm du sommet du toit pour respecter les normes de sécurité. Cette solution sera certainement privilégiée par ceux qui ont d’ores et déjà un conduit qui monte jusqu’à la toiture.
  • une évacuation en ventouse, qui peut être soit verticale (connectée à la toiture) ou horizontale (connectée à un mur). Dans ces cas, il faudra choisir un poêle dit “étanche”.

 

Poele installation

Vu sur Pinterest

 

>> En savoir plus : Conduit de cheminée : création, tubage et raccordement

Ensuite, il faut déterminer l’emplacement du poêle : et sans surprise, ces installations requièrent un sol adapté, qui ne risque pas de prendre feu. Il est donc parfois nécessaire d’installer un revêtement incombustible.

Il faut aussi s’assurer que l’endroit choisi constitue une surface plane, et qu’il puisse supporter le poids de l’installation ! Attention à bien respecter les distances de sécurité indiquées dans les notices. Celles-ci varient selon les poêles, la taille des conduits etc.

Enfin, l’arrivée d’air doit être anticipée. Pour les modèles non-étanches, une grille sur un mur à proximité peut suffir. En revanche, pour les modèles étanches, un conduit doit nécessairement relier le poêle à l’extérieur pour permettre à l’air frais de circuler jusqu’au foyer.

Il ne vous reste plus qu’à raccorder et connecter votre poêle et bien sûr en profiter !

 

 

4. Est-ce que le ramonage est obligatoire ?

 

Une fois le poêle en service, un entretien méticuleux est incontournable !

A défaut de quoi, le risque d’incendie augmente. Et ce n’est pas tout : un poêle mal entretenu s’use plus vite et fait preuve d’une moindre efficacité. L’entretien n’est donc pas une option !

La première chose à considérer est un entretien très régulier, à faire soi-même. Nettoyer la vitre et le brasier, vider les cendres etc. : autant de petits gestes qui garantissent une utilisation du poêle optimale.

Mais comme pour une cheminée, les assurances exigent le passage régulier d’un professionnel. Dans le cas des poêles, elles imposent un double ramonage annuel, qui doit être effectué par un technicien agréé.

Il est possible en plus de cela, de vous y frotter vous-même, soit si vous êtes équipés d’un hérisson (l’outil des ramoneurs), ou alors en utilisant des granulés de ramonage. Mais attention, cela ne remplace en aucun cas le passage d’un professionnel agréé deux fois chaque année ! La loi l’impose, et en cas de sinistre, l’assurance pourrait se retourner contre vous si la règle n’a pas été respectée. 

Il est utile de considérer en plus de cela un entretien annuel avec un professionnel qui consistera cette fois en un contrôle des différentes pièces de l’installation.

Un ramonage de poêle coûte généralement entre 80 et 150 €.

 

Recevoir des devis gratuits pour un poêle à pellet


 

5. Prix et aides

 

Le prix se décompose principalement en deux dépenses : d’une part le prix du poêle en lui-même, d’autre part le prix de l’installation par un professionnel (si vous faites ce choix). Et ici encore, les montants varient aussi bien selon la technologie choisie que selon les caractéristiques de la maison.

De manière générale, on peut toutefois estimer le prix moyen d’un poêle à granulés entre 3 000 et 7 000 € (HT), installation comprise. Le prix d’un poêle ventilé classique tourne autour de 3 000 € (HT) et son installation par un professionnel 1 500 €. Pour un poêle canalisable, il faut compter environ 4 000 € et 2 500 € pour l’installation.

>> En savoir plus : Quel est le prix d'un poêle à bois ?

 

Trouvez un pro pour installer votre poêle à pellet

 

Vous trouvez cela un peu cher pour votre budget ? Pas de panique, les aides et les subventions sont nombreuses pour vous donner un coup de pouce dans ce projet.

  • Depuis 2005, un crédit d'impôt est accordé aux installations et aux travaux visant à réduire la consommation énergétique d’un logement. Il s’élève à 30% du montant du poêle acheté (cela ne s’applique pas sur le prix de l’installation par un professionnel), dans la limite de 8 000 € pour une personne seule, 16 000 € pour un couple.
  • Pour l’achat d’un poêle ainsi que sa pose, vous bénéficiez d’une TVA à taux réduit (5,5%).
  • Les primes énergie permettent d’amortir les installations. Il faut toutefois la demander avant le début du projet et respecter certaines conditions (intervention d’un professionnel, rendement énergétique supérieur à 70% etc.).
  • L’Agence Nationale de l’Habitat (ANAH), via son programme “Habiter mieux” propose diverses solutions de financement sous certaines conditions de revenus. Elle peut prendre en charge jusqu’à 50% du coût de l’installation. Pour savoir si vous pouvez bénéficier de cette aide.
  • L'éco prêt à taux zéro est intéressant pour financer les travaux ! Sous respect de certaines conditions, c’est l’Etat qui se charge du remboursement les taux d’intérêt. Attention, toutes les banques ne délivrent de tels prêts.
  • Enfin, les collectivités (commune, département etc.) proposent aussi souvent des aides financières au cas par cas, il ne faut pas hésiter à les contacter pour se renseigner !

 

Calculez vos aides pour un poêle à pellet

 

Tout est dit, il ne reste plus qu’à trouver un distributeur capable de vous épauler dans votre projet ! Et ici encore, le choix est grand, depuis les magasins spécialisés (Brisach, Godin, MCZ, Supra ou Invicta par exemple) jusqu’aux grandes enseignes de bricolage (Castorama, Leroy Merlin ou Mr Bricolage pour ne citer qu’eux).

Dans tous les cas, il est essentiel de vérifier que le professionnel choisi dispose des bonnes certifications, à commencer par le label RGE Qualibois, d’ailleurs exigé pour nombre d’aides financières. Flamme verte est un autre label reconnu dans le secteur.

 

Trouvez un pro pour installer votre poêle à pellet

 


>> La Rédaction vous recommande également :

Obtenez 5 devis en Chauffage Bois - Granulés !
Gratuit et Sans engagement !

Des travaux réussis

10 ans de savoir-faire

dans la mise en relation

Des avis clients

pour faire le meilleur choix

2 000 experts

pour optimiser votre consommation

D'autres articles dans la catégorie Chauffage Bois - Granulés

pour réussir vos travaux
Abonnez-vous à nos guides pratiques !

Pour réussir vos travaux, recevez tous les mois notre newsletter.

Besoin d'aide ?

Nos conseillers sont à votre écoute
du lundi au vendredi de 8h30 à 18h30

09 73 34 75 32
Prix d'un appel local